Faire glisser l’encre sur mon cahier devient vraiment nécessité

« N’est-ce pas toujours ainsi que cela commence ? D’abord l’envie, puis le besoin d’écrire et, finalement, l’œuvre littéraire qui apparaît à mesure qu’on se raconte. »
Claude Carrier

En effet, mes amis lorsque j’écris cet article, laissez-moi vous annoncer que je suis très heureux de savoir que je viens d’être publié avec mes autres frères poètes dans la revue colline inspirée dont vous pouvez d’ailleurs procurer notre livre ici. C’est ainsi dans ma petite vie, j’ai toujours eu ce besoin d’écrire des choses sur un papier. Eh bien ! Ma vie est comme ça. Personne donc ne pourra changer ça.
Tant que je suis et reste encore et toujours Stéphane Kabamba.

Écrire pour moi est un moment de détente, de se vider de toutes les choses qu’on pu garder et cacher pendant longtemps…

Lire aussi Encore et toujours ce besoin d’écrire

Faire glisser l’encre sur mon cahier
Devient vraiment nécessité.

Au fur et à mesure
La voix n’arrive plus
Et reste l’écriture
Pour dire ces mots perdus.

Toujours ce problème d’inspiration
Comme une sorte de respiration
Indispensable à un assoiffé,
Un assoiffé d’écriture, de ce fait
Le faite de dégager un tas de sentiments,
Et sans l’être tu deviens un amant
L’amant de ses lettres qui jouent gaiement
Sur ta feuille, ton encre danse joyeusement.

L’écriture est un magnifique calmant
Une harmonie qui te berce tendrement
Ma personnalité se reflète dans mes lignes
Mon caractère s’impose sur mes pages fines.

Je m’aventure en écrivant
Je me réjouis en décrivant
J’imite les savants
Mais une chose est sûr, je n’étais
pas ainsi avant.

J’envie les belles plumes
Dont je veux être apôtre
La lecture m’enchante et
la rime me plaît
J’aime celui qui m’aime et
n’en veut point à l’autre
Commettre des écrits est
mon moindre méfait.

J’aime la langue française
Dans tous ses états, de Molière,
Ronsard, Baudelaire, Hugo ou
Verlaine, au slam et à la poésie.
J’aime le mouvement dans le trait
L’ombre dans la lumière,
Le tumulte caché dans le silence.

Écrire reste pour moi la seule façon de s’exprimer en toute liberté sans avoir peur (du regard des autres) des préjugés.

Cher lecteur,

C’est avec mon cœur
Chargé de bonheur
Et mon regard
Remplit d’espoir
Que je viens
Te souhaiter une bonne
soirée
Pour te communiquer
Toute ma gaieté
En toute amitié
Sur ta joue
Je viens déposer un
gros bisou…

A bientôt sur mon blog et d’ici-là portez-vous bien !

N’hésitez surtout pas à me suivre sur Twitteret Instagram

6 réflexions au sujet de « Faire glisser l’encre sur mon cahier devient vraiment nécessité »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.