L’année poétique de Frédéric Marcou

L’année poétique

Lu en décembre 22, 2017

Résumé : Une année au fil de la poésie, pour se laisser
bercer et transporter par de simple mots.

Ce résumé si limpide m’avait donné l’envie de lire ce recueil !
« Amateur/trice de
poésie, ce recueil est fait
pour vous ».

Et en tant que amateur de poésie, je ne suis pas resté du tout indifférent quant à l’appel de l’auteur depuis la plateforme Simplement.pro !
J’ai vite postulé pour découvrir son recueil…

Tout commence par le préface dans lequel l’auteur stipule : Que fait un poète tout au long de l’année ? Il écrit de la poésie et c’est ce que Frédéric Marcou nous démontre dans ce recueil de poésie « L’année poétique »
« Au temps du coeur » ouvre ce florilège de poèmes et je ne peux m’empêcher d’en citer les derniers vers : « Parce que si on n’avait pas le coeur.
Il n’y aurait que la terreur…»
Oui, Frédéric Marcou let son coeur dans tout ce qu’il écrit, il lutte contre cette terreur à sa manière.

L’année s’écoule, s’étire, et le poète s’imprègne de son environnement, il s’inspire de ses observations du monde qui l’entoure comme dans « Pas de mot » ou « Méditation de café » et se questionne sur le sens de la vie et les comportements de ses semblables.

Les saisons changent ; à « Chaumont-plage » , il écrit sous le soleil. « Ode neigeuse » et nous voilà en hiver accompagné des esprits protecteurs de la forêt.

Quand vient l’automne, la saison rousse où les feuilles craquent sous les pas, nous croisons « les fantômes de l’automne » en compagnie de Frédéric Marcou.

En toute saison, le poète est à l’écoute des bruissements et des mouvements de la nature qu’il décrypte dans « La confiance des arbres ».
Voici la femme, l’élue de don coeur, celle qui fait vibrer son âme, sa sensibilité poétique celle pour qui il a écrit « L’amour infini » et qui lui inspire tant de poèmes dont « La recette du bonheur ».

Elle est sa muse, celle qui parsème de bonheur son chemin.
Mais la voie qu’emprunte le poète est parfois semé d’embûches, de moments de tristesse, de doutes, comme dans « Effondrement » ou « Le chemin ». Il lui faut aussi parfois conjurer la douleur, la maladie dans « Quelquefois » ou « Quelques mots posés » ou encore » Manque d’aptitude ».

Chaque ressenti a fait naître un poème, c’est ce qui fait, la richesse et la diversité de cette « Année poétique ». Il existe un poème pour chacun des etats-d’ame du lecteur qui voudra parcourir les pages de ce recueil.

Pour finir, voici quelques strophes de ce poème intitulé : « Inspiré par les sens »

«…Mettre les mots noirs sur blanc
L’amour est l’encre du poète.
Sans l’amour pas de poésie.
Et sans poésie, pas d’émotion romantique

Juste quelques mots
Sans connivence
Inspiré par le vent
Inspiré par les sens.»

Extrait de petit poème que j’ai vite aimé :

C’est un peu comme si la guerre
Était un peu chez nous
C’est un peu comme si les gens
En voyant la violence à la T.V.
Devenaient eux-mêmes incontrôlables.

C’est un peu comme si la guerre
Rattrapait ceux qui n’y croyaient pas
Ceux qui ne croient pas aux massacres
Et qu’il est trop cruel de regarder la réalité en
face.

Alors ils s’en prennent à leurs congénères.
Par leurs propres violences
Par leur propre panique
Par leur propre ignorence.

Ils laissent tomber l’amour et l’amitié
Et les autres valeurs qui nous réunissent
Et regardent les écrans vomir
Peut-être aussi j’ai été comme ça
Confronté à ma propre ignorence.

Alors je ne jette pas la pierre
Je fais juste ce petit poème
Comme un rond dans l’eau
Une fleur qui fane
Un oiseau qui meurt…

Je joins ma voix à celle de Hélène Ourgant qui stipule que « En lisant ce recueil, écoutez la voix de Frédéric Marcou dans le vent…

Je vous laisse à admirer ce recueil avec une citation qui m’a marquée : « Les hommes politiques sont tous dans le domaine de la fermeté, envers une mesure injuste. Ils essaient de nous faire avaler de force la pilule or cette pilule là ne passera pas, car trop grosse. » p. 89

Mon moi livresque – Phane Kabamba

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.